Malaise cardiaque, découvrez les gestes qui sauvent

Selon la Ligue Cardiologique belge, 10.000 personnes par an sont victime d’un arrêt cardiaque foudroyant survenu en dehors de l’hôpital. Cela peut se produire en rue, au travail ou à la maison et moins de 10% survivent ! Sans une prise en charge rapide, les chances de survie sont extrêmement minces. Si 1 personne sur 5 connaissait les gestes d’urgence, des vies pourraient être épargnées. Découvrez les « gestes qui sauvent » en 10 étapes, des gestes simples qui, s’ils sont pratiqués rapidement et correctement, sauveront des vies.

Les 10 étapes :

1. Sécurisez l’environnement

Assurez-vous que l’environnement de la personne inconsciente soit sécurisé.

2. Vérifiez l’état de conscience

Secouez gentiment les épaules de la victime et appelez-la. Demandez-lui d’ouvrir les yeux. N’envisagez l’utilisation du défibrillateur que si elle ne réagit pas et est donc inconsciente.

3. Appelez à l’aide

Criez et appelez au secours pour obtenir de l’aide. Une personne en plus pourra vous assister et son aide sera précieuse.

4. Dégagez les voies respiratoires

Basculez la tête de la victime vers l’arrière en relevant son menton avec deux doigts.

5. Vérifiez la respiration

Utilisez la méthode VES pour Voir (si le thorax se soulève), Ecouter (s’il y a un bruit de respiration, en écoutant près de sa bouche), Sentir (le souffle de sa respiration).

6. Appelez les secours

Demandez à une personne proche de vous de former le numéro de secours européen: le 112. L’appel sera traité directement ou redirigé vers le service d'urgence approprié (ambulance, pompiers, police). La personne qui appelle les secours doit être précise et mentionner qui et où elle est, pourquoi elle appelle, s'il s'agit d'un adulte ou d'un enfant. Elle doit impérativement attendre une confirmation avant de raccrocher.

7. Commencez le massage

30 compressions thoraciques

Commencez par déshabiller la victime pour dégager complètement son buste. Repérez la zone thoracique et posez une main au centre du thorax. Mettez l’autre main sur le dos de la première main et entrelacez vos doigts. Relevez les doigts et tendez bien les bras de manière à vous tenir perpendiculaire à la personne inconsciente. Enfoncez le thorax ensuite 30 fois de 4 à 5 centimètres (chez l'adulte) ou de 1/3 de son épaisseur chez l'enfant. En fonction de votre force et de la taille de l'enfant, utilisez vos doigts, une ou deux mains. Si possible, les intervenants se relayent toutes les deux minutes.

2 ventilations

Ouvrez les voies respiratoires en basculant la tête en arrière et en relevant le menton avec l'index et le majeur formant un crochet. Pincez le nez et insufflez ensuite 2 fois doucement de l'air dans la bouche. Arrêtez dès que le thorax se soulève.

8. Placez le défibrillateur

Assurez-vous que la poitrine de la victime soit sèche et pas trop velue (la housse de l’appareil est munie de rasoirs jetables). Sortez les électrodes et connectez-les aux câbles si ce n’est déjà fait. Placez-les comme indiqué sur l’illustration qui se trouve dessus (la première juste en-dessous de la clavicule droite, contre le bord du sternum et la deuxième sur le côté gauche du thorax, 5 à 10cm sous l’aisselle gauche. Connectez ensuite le câble au défibrillateur.

9. Suivez les instructions vocales

Il est possible que l’analyse se lance automatiquement, si ce n’est pas le cas, appuyez sur le bouton d’analyse. Suivez bien les instructions et ne touchez surtout pas la victime pendant l’analyse. Le défibrillateur se chargera automatiquement si la victime nécessite un choc électrique. L’appareil vous indiquera toujours si un choc est nécessaire. Écoutez scrupuleusement ses recommandations.

10. Massez à nouveau

Lorsque l’appareil vous l’indiquera, reprenez le massage cardiaque. Si la victime reprend une respiration normale, placez la en position latérale de sécurité.

N’oubliez jamais que si vous vous trouvez en face d'une personne inconsciente, le geste le plus dangereux est de ne rien faire...

Quelques faits :

  • L’arrêt cardiaque n’est pas forcément fatal
  • La présence et l’utilisation d’un défibrillateur automatique permettrait de porter le taux de survie à plus de 50%.
  • 1 Belge sur 2 (50 %) sait ce qu’est un Défibrillateur Externe Automatique (DEA) mais la grande majorité d’entre eux (70.4%) ne sait pas comment l’utiliser.
  • Plus de la moitié des Belges (56 %) ne savent pas à quoi ressemble un DEA car ils n’en ont jamais vu.
  • Seuls 29 % des Belges savent qu’un DEA peut être utilisé par tout citoyen.
  • 1 Belge sur 2 (51.5 %) se sentirait prêt à effectuer les gestes qui sauvent moyennant une petite formation préalable.

Découvrez les gestes en vidéo 

A propos de AXA Belgium